Ces batteries de la Nissan LEAF électrique peuvent facilement fonctionner dix ans encore dans les chariots autonomes électriques de l’usine Nissan. Ces AGV (Automated Guided Vehicles) servent en quelque sorte de convoyeurs.

Ces chariots autonomes, qui approvisionnent les chaînes de montage en pièces détachées en suivant des bandes magnétiques, embarquaient auparavant des batteries au plomb. Celles-ci devaient être remplacées tous les ans, mais c’est désormais de l’histoire ancienne. Nissan a élaboré une technique permettant de démanteler les modules de batterie lithium-ion de la LEAF, de les tester et de les réutiliser. À cet effet, l’entreprise a créé avec Sumitomo en 2010 déjà, la coentreprise 4R Energy, 4R signifiant « refabriquer, recycler, revendre et réutiliser ».

Label de qualité

Chaque batterie se voit attribuer un label de qualité allant de A (comme neuve) à C (encore appropriée pour une alimentation de secours en cas de panne de courant, par exemple). La durée de vie d’une batterie de voiture électrique est en effet limitée : chaque fois que vous la rechargez et la déchargez de nouveau, une petite partie de la capacité disparaît. La rapidité de cette perte de capacité dépend du type et de la qualité de la batterie, ainsi que du mode de recharge.

 

Recycler moins vite

Les 700 AGV de l’usine Nissan d’Oppama au Japon peuvent fonctionner avec une batterie qui doit être rechargée un peu plus souvent, car le site dispose d’une station de recharge pour faire l’appoint d’énergie. En d’autres termes, la durée de vie des batteries peut encore être prolongée de 10 à 15 ans. Résultat : elles doivent être recyclées moins vite

GEEF EEN REACTIE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*