Fruitleather, une entreprise rotterdamoise, fabrique du cuir à partir de mangues périmées. Un produit exceptionnel à l’histoire particulière.

Saviez-vous que pas moins de 45 % des mangues ne sont jamais consommées ? 30 % finissent comme déchets dans le pays producteur, 10 % sont jetés dans le port après leur arrivée et 5 % sont éliminés par les consommateurs. Et pour l’entreprise rotterdamoise, ce gaspillage est un véritable péché. Elle récupère donc les 10 % de mangues jetées lors de leur arrivée au port.

Hasard

Cette aventure est finalement le fruit du hasard. Dans le cadre de leurs études, ses fondateurs – Hugo et Koen – ont été amenés à imaginer un projet qui générerait une grande attention au niveau des médias. En regardant par le Blaak Markt rotterdamois par la fenêtre, ils ont décidé de transformer les déchets verts. Ils pensaient initialement en faire de la peinture jusqu’à ce que, dans le cadre de ce processus, ils laissent sécher un morceau de fibres de fruit sur l’appui de fenêtre au soleil. Ce fut leur premier morceau de cuir de fruit.

Un processus coûteux

Le cuir est revendu à des fabricants et à terme, des chaussures et des sacs en cuir de fruit seront également commercialisés. À l’heure actuelle, Fruitleather travaille à petite échelle et effectue toutes les manipulations à la main. Les prix sont donc encore élevés. Pourtant, l’entreprise souhaite continuer à développer la technique afin de faire baisser le cuir de fruit. Une entreprise à tenir à l’œil !

GEEF EEN REACTIE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*