Les Chemins de fer néerlandais entendent miser le plus possible sur la circularité. Voilà pourquoi, en collaboration avec des étudiants et des chercheurs, ils ont tenté de définir une nouvelle affectation pour les matériaux récupérés. Le résultat de cette démarche est une traverse d’un nouveau type.

Lors de la remise en état d’anciens trains, les cloisons latérales et les porte-bagages sont démontés. Cette opération génère pas moins de 200 tonnes de déchets non réutilisables et non recyclables par an. Une bonne raison pour les Chemins de fer néerlandais de chercher une solution de réutilisation/recyclage valable. La société néerlandaise n’avait qu’un seul souhait : le matériel recyclé devait de préférence être réutilisé dans le secteur ferroviaire.

Non seulement circulaire, mais aussi solide, léger et insonorisant

Grâce à une nouvelle technologie innovante, les cloisons et les porte-bagages des trains, fabriqués en un matériau composite solide et léger sont réduits en petites paillettes. Ces paillettes en composite constituent le matériau de base pour fabriquer de nouvelles traverses à fixer sur les voies. Elles sont en effet mélangées à des fibres dans un gabarit avant d’être consolidées par quelques couches de fibre de verre.

Le résultat ? Une traverse réalisée dans un matériau ultrasolide, mais qui ne pèse qu’à peine 123 kilos – un poids plume par rapport aux 283 kilos des traverses classiques en béton. En plus d’utiliser un matériau circulaire, cette nouvelle traverse offre aussi une meilleure insonorisation. Le prototype réalisé servira à la réalisation de différents tests.

Légende de la photo : Étudiants en génie mécanique de Windesheim Guido de Wit, Thom van Riet et Yorn Rudde, accompagnés d’Ilse van Eekeren, chef de programme entrepreneuriat circulaire au sein des Chemins de fer néerlandais. Crédit photo : nieuws.ns.nl.

GEEF EEN REACTIE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*